Aliexpress replica Mitterrand 1 target online

ByElle Pop

Aliexpress replica Mitterrand 1 target online

Mitterrand 1 Faudrait t il, nanmoins, prciser de quels arabes s TMagit il? Pour la classe politique arabe et en particulier celle de sa gnration, les avis taient toujours mitigs. Mitterrand tait, notamment aux yeux des arabes du Proche Orient, ministre de la justice de Mollet lors de la fameuse attaque tripartite (par Isral, la Grande Bretagne et la France) au canal de Suez en l956. Mais, il tait aussi, pour les Maghrbins de l TMindpendance, un grand dcolonisateur, sauf pour l TMAlgrie propos de laquelle il avait mis un bmol colonial en lanant le fcheux slogan l TMAlgrie c TMest la France. Avec la Vme Rpublique et sous de Gaulle, Mitterrand tait de point de vue arabe, l TMantithse politique, essentiellement hexagonale, du Gnral. Ce n TMest que durant les annes 70 qu TMil devient, avec les communistes un symbole de gauche aux yeux de certaines oppositions arabes dj, l TMpoque, radicalises par la panarabisation de la cause palestinienne et presque suffisamment reprsentes sur le sol franais. Alors que pour quasiment tous les tats arabes, la politique arabe officielle de la France (sous Pompidou comme sous d TMEstaing) gardait encore un aspect gaulliste pro arabe, que ce soit dans le conflit isralo arabe (aujourd TMhui ractualis par Chirac) ou par rapport aux relations normalises ou raffirmes avec les rgimes arabes anti amricains : L TMIrak, la Libye et l TMAlgrie. Le duel lectoral d TMEstaing Mitterrand de 1981, indiquait dj la volont de rupture hermes replica slippers chez le futur prsident qui avait alors critiqu son adversaire pour sa position contre les accords de Camp David. Le premier voyage d TMun prsident franais l TMtat Hbreu confirma cette volont Mitterrandienne de rquilibrer la position franaise dans le conflit proche oriental. Soucieux de ne pas perdre les liens traditionnels franco arabes et, aussi, fidle une certaine valeur de gauche qui consiste soutenir les mouvements rvolutionnaires de libration, Mitterrand ne pouvait pas viter la question palestinienne dans son discours devant la Knesset jusqu TM parler d TMun tat palestinien, perspective que son prdcesseur gyptien Sadate, lors d TMune occasion similaire, avait volontairement nglige. Dans cette politique, paradoxale selon certains, machiavlique selon d TMautres, s TMinscrivait la premire visite d TMun prsident franais en Syrie (1985). Aprs la fcheuse exprience multinationale au Liban, les dirigeants Syriens cherchaient auprs de Mitterrand une relle volont de ne plus s TMaligner sur la politique amricaine et de permettre la France de jouer un rle essentiel dans les conflits de la rgion dont isralo arabe notamment. Aller dans ce sens cela voudrait dire aussi ne plus soutenir l TMIrak contre l TMIran, alors en guerre, de ne pas faire de la question tchadienne un conflit franco libyen avec tchadiens interposs et de soutenir davantage le Polisario. Comme toile de fond, l TMappel de Mitterrand Cancun (1981) ne pouvait qu TMaccentuer chez les radicaux arabes le dsir de voir Mitterrand reprsenter un de Gaulle de gauche plus engag dans la cause arabe. Mais le divorce intrieur avec les communistes de France avait dj donn le ton d TMune politique Mitterrandienne plus pragmatique et plus social dmocrate que socialiste radical ou rvolutionnaire. La chute du Mur de Berlin, et combien symbolique, avait pouss davantage la politique extrieure de la France vers la construction europenne. L TMide de base tait dj l la France est notre patrie et l TMEurope notre avenir. Cet europanisme, semblait s TMeffectuer au dtriment d TMune politique arabe de la France devenue plutt circonstancielle et souvent soumise la logique d TMun nouvel ordre mondial l TMamricaine et bien diffrent de celui de Cancun. D TMo, par consquent, la participation (trs conteste par l TMopinion populaire arabe et une partie de l TMopinion de gauche en France) en 1991, dans la guerre du golfe contre l TMIrak. Si cette participation avait rajust les rapports avec les tats arabes de la coalition dont notamment la Syrie, elle n TMavait pas pour autant permis la France de recevoir des dividendes de cette guerre au mme titre que les amricains ni de jouer un rle de vritable acteur dans le processus de paix au Proche Orient. Bien au contraire, elle avait terni l TMimage et de la France et de son ex prsident auprs de l TMopinion populaire arabe et mme auprs de certaines lites intellectuelles francophones ou francophiles, des pays arabes dont maghrbins notamment. Mais avec le temps (vritable alli du prsident visionnaire) les passions des foules finissent toujours par se calmer. D TMautant plus que cette aventure n TMavait pas dclench chez les Arabes de France la violente raction que l TMon redoutait. A propos des arabes de France, voil une des composantes nationales non ngligeable. N TMa t il pas dit un jour. et je me demande si nous ne sommes pas aussi un peu arabes!! Donc, si on cherchait une dimension gaullienne pro arabe chez Mitterrand, on la trouverait probablement dans les aspects sociaux de sa politique intrieure, mene depuis le dbut de son premier septennat : Rgulariser la situation des milliers d TMimmigrs arabes (maghrbins en majorit) longtemps clandestins et exploits, opter pour leur intgration (d TMailleurs implicitement approuve pour des raisons surtout conomiques par les dirigeants de leurs pays d TMorigine, except le roi du Maroc), tmoigner de la solidarit avec les victimes du racisme (le tout dernier geste du prsident envers le marocain de la seine). Pour n TMen citer que les plus spectaculaires. Il est vrai que, cette politique avait, volontairement ou non, engendr son contraire qui s TMtait longtemps nourri d TMelle et peut tre aussi rciproquement. Mais le fait est l. Et puis les mesures radicales ne pourraient que susciter des ractions de mme nature. Par ailleurs, il est difficile de tirer, sans sondage, une conclusion prcise sur l TMimage du Mitterrand aux yeux de la communaut arabe de France compose depuis deux dcennies de deux gnrations la fois successives et coexistantes. La premire, illettre dans sa majorit, est objectivement incapable de juger l TM”uvre multidimensionnelle d TMun prsident aussi complexe et riche qu TMnigmatique. Par contre la deuxime gnration dnomme beur et compose de jeunes (entre dix et vingt cinq ans) uniquement francophones, ne pourrait voir en Mitterrand que ce que pourraient voir les autres jeunes concitoyens de souche, avec peut tre une nuance de dception banlieusarde, mais elle tait eu tous cas fire d TMun Tonton solidaire sinon semblable dans sa diffrence; n TMa t il pas lui mme dit en 1984 Je clbre souvent les diffrences, le droit la diffrence et j TMaimerais moi mme pouvoir bnficier de ce droit l! Avec le tag, le rap, les radios libres, etc., cette gnration de potes est la gnration Mitterrand par excellence. Entre les deux, une catgorie de rsidents gnralement cheval entre deux cultures, compose d TMlite intellectuelle et sociale et en partie tudiante et qui ne pourrait pas manifester de l TMingratitude envers le rgne Mitterrandien qui lui avait permis de bnficier entre autre des mmes avantages sociaux que les deux gnrations. De l TMAlgrie au Proche Orient, le Gaullisme avec les arabes, tait synonyme d TMune histoire franaise plutt passionnelle, donc d TMaction et de grands rendez vous. Du Maroc au Golfe, le Mitterrandisme, tait en somme une histoire rflchie. Parfois trop. Une sorte de liaison de raison. parfois raison d TMtat obligeait. (8 janvier 1996, dcs de Mitterrand).

About the author

Elle Pop author

Leave a Reply